Survivre au burn-out : quand et comment quitter son emploi pour préserver sa santé mentale

Le rythme effréné du travail moderne, combiné à des attentes toujours plus élevées, pousse de nombreux professionnels au bord du gouffre. Pour certains, la pression se traduit par un épuisement mental et physique, connu sous le nom de burn-out. Face à cette réalité, la question du bien-être psychologique devient fondamentale.

Il faut reconnaître les signes avant-coureurs de l’épuisement professionnel. Insomnies, irritabilité et perte de motivation en sont quelques indicateurs. Lorsque ces symptômes deviennent chroniques, il peut être nécessaire de prendre des décisions radicales, telles que quitter son emploi. Prioriser sa santé mentale n’est pas un luxe, mais une nécessité pour éviter des conséquences plus graves.

Lire également : Sevrage : identifier le moment opportun pour commencer

Reconnaître les signes du burn-out et évaluer sa situation

Le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel, se manifeste par une combinaison de symptômes physiques, émotionnels et comportementaux résultant d’un stress chronique au travail. L’OMS a classifié le burn-out comme un syndrome résultant d’un stress chronique au travail. Parmi les signes avant-coureurs : insomnies, irritabilité, perte de motivation et baisse de productivité.

Les symptômes du burn-out :

A lire en complément : Sevrage potentiellement mortel : les substances à risque et les précautions à prendre

  • Fatigue intense et durable
  • Sentiment de dévalorisation
  • Détachement émotionnel
  • Perte d’intérêt pour les tâches quotidiennes

Selon une étude Opinion Way de 2022, 34% des salariés français se déclarent en situation de burn-out. Ce chiffre alarmant met en lumière l’urgence de reconnaître et d’agir face à ce syndrome. Catherine Vasey, psychologue spécialisée dans le burn-out, souligne l’importance de la prévention et de l’accompagnement.

Évaluer sa situation :

Questions à se poser

  • Mon travail m’empêche-t-il de me reposer suffisamment ?
  • Ressens-je une pression constante et insoutenable ?
  • Mes relations professionnelles sont-elles devenues conflictuelles ?

Claire, victime de burn-out, témoigne : ‘Les premiers signes étaient subtils, mais petit à petit, je ne pouvais plus ignorer le malaise grandissant.’ Son expérience souligne la nécessité d’une prise de conscience rapide pour éviter des conséquences graves.

Promotion Santé Suisse a publié le Job Stress Index montrant que près de 30% des actifs étaient épuisés et stressés en 2018. Ces données renforcent l’importance de la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle et de la mise en place de mesures de prévention adaptées.

Les étapes pour quitter son emploi en toute sérénité

Chance Marshall, psychothérapeute, a listé trois signes indiquant qu’il est temps de quitter son emploi :

  • Incapacité à récupérer malgré des périodes de repos
  • Sentiment de déconnexion avec ses valeurs personnelles
  • Absence totale de perspectives d’évolution

Préparer son départ :

  • Consultez un médecin pour obtenir un arrêt de travail si nécessaire. L’arrêt maladie permet de se reposer et de réfléchir sereinement à la suite.
  • Réalisez un bilan de compétences pour évaluer vos aptitudes et identifier de nouvelles orientations professionnelles. Le bilan de compétences constitue un outil clé dans la réorientation de sa carrière.
  • Informez votre employeur de votre intention de quitter l’entreprise. La communication doit être claire et respectueuse pour préserver des relations professionnelles saines.

Explorer les alternatives :

Options possibles

  • Le télétravail ou un horaire flexible
  • Un congé sabbatique pour se ressourcer
  • La formation continue pour se réorienter

Stylist a publié un article soulignant l’importance de prendre ces étapes avec méthode et réflexion. Il faut ne pas agir sous le coup de l’émotion mais de structurer son départ pour faciliter la transition.

Chance Marshall rappelle : ‘Il faut se donner le temps de la réflexion et de la préparation pour que cette décision soit bénéfique à long terme’.

travail stressant

Se reconstruire et retrouver un équilibre après le départ

Une fois la décision prise de quitter son emploi, le processus de reconstruction commence. Il s’agit de retrouver un équilibre et de préserver sa santé mentale. Mathilde Salobir, HR Manager chez Sport Heroes, souligne l’importance de se reconnecter avec soi-même et d’identifier ses besoins essentiels. Le soutien psychologique est souvent nécessaire pour surmonter la détresse psychologique liée au burn-out.

Les étapes pour se reconstruire

  • Consulter un psychologue spécialisé dans le burn-out pour bénéficier d’un accompagnement personnalisé.
  • Pratiquer des activités physiques régulières. Selon Sport Heroes, l’activité physique améliore significativement la santé mentale.
  • Reprendre contact avec des groupes de soutien ou des associations, permettant de partager son expérience et de bénéficier des conseils d’autres personnes ayant traversé des situations similaires.

L’IFOP a publié un sondage en avril 2021 révélant que seulement 56% des salariés du privé évaluaient leur santé mentale au travail comme bonne. Ce chiffre illustre la nécessité de prendre des mesures pour améliorer son bien-être mental après un burn-out.

Repenser sa vie professionnelle

Reprendre une activité professionnelle nécessite une réflexion approfondie. Mathilde Salobir conseille de privilégier des environnements de travail respectueux de la santé mentale. La flexibilité des horaires et le télétravail peuvent constituer des solutions pour éviter la rechute.

Les experts recommandent aussi de ne pas précipiter le retour au travail. Prendre le temps de guérir et de reconstruire sa confiance en soi est fondamental pour une réintégration réussie et durable.

ARTICLES LIÉS